Toriko, le shônen de la démesure culinaire

Commencé voilà trois ans au Wapon, je suis régulièrement l’excellent Mangasse Toriko depuis son tout premier chapitre. A l’approche de sa sortie en France officielle en Anime / Manga, c’était l’occasion d’en causer un peu. Vu que ça va tout déchirer sa moumoutte à son arrivée.

dsfds

Est-ce que vous vous rappelez d’Hunter X Hunter ? Au début du Manga, les héros font la connaissance des « Hunter Gourmet » : Des mecs qui leur imposent des épreuves à base de bouffe (En l’occurence chasser des cochons géants enragés pour avoir leur viande, aller chercher des oeufs sur des lianes au dessus d’un gigantesque gouffre et… fabriquer des sushis). C’est leur spécialité, ces gars parcourant le monde à la recherche des meilleurs ingrédients.

Eh bien Toriko, c’est un Manga qui serait entièrement basé sur ça : La bouffe. Il se centre ainsi sur l’un des fondamentaux du genre Shônen, c’est à dire que les héros réussis sont généralement des goinfres, de Sangoku à Luffy en passant même par Norauto et ses ramens. Ici, TOUT se bouffe où à un rapport avec la bouffe. Les armes ultimes sont des fourchettes ou des couteaux géants, telle plante fera un assaisonnement, telle roche précieuse permet de fabriquer du matériel de conservation d’aliment, etc etc.

Notre héros Toriko, est un des quatre « Empereurs Gourmet », l’un des Bishokuya (Aka « Chasseur de bouffe ») les plus réputés. Il va donc sans dire que dès le début du Manga, Toriko est déjà une grosse brute de puissance, ce qui rend le bouzin intéressant à lire tout de suite. Il sera accompagné notamment par son partenaire cuisinier, le petit Komatsu, qui développera des talents complètement différents de son pote musculeux.

Toriko développe des attaques en lien avec la bouffe, projetant des couteaux, se protégeant avec des fourchettes, etc (En représentation vu qu’en fait il s’agit d’ondes de choc). Les personnages sont très musculeux, à la Jojo’s Bizarre Adventure / Hokuto no Ken, ce qui accentue le côté ultra-bourrin du titre.

dfsd
Fourchette bouclier, Jambe Couteau, etc etc

La montée de puissance shônenique dans Toriko se fait elle aussi par la bouffe. Bien manger permet de gagner en puissance, et en mangeant certains aliments spéciaux super rares, on peut ainsi repousser les limites de l’humain, pour devenir un véritable surhomme.

C’est bien simple, Toriko est un Manga qui donne dans la démesure. En effet, la plupart du temps, les héros se battent contre des monstres géants abominables, où se baladent dans des environnements mortels. Ce qui fait grave kiffer les Japs, avec leur tradition des monstres géants à la Godzilla (Sauf qu’ici, Godzilla finit en steak tartare…) Un peu plus bas dans l’article, je vous donnerai un exemple concret de ce qui constitue cette démesure dans Toriko.

Et c’est sans compter sur le côté « mythologique » du manga. Petit à petit, des éléments historiques sont mis en place, et tout une ambiance est entretenue autour du « monde gourmet« . En effet, depuis le début du Manga, l’histoire se déroule dans le « monde humain« , une zone couvrant à peine 10% de la surface du monde de Toriko. Le reste, c’est le monde gourmet, et il n’y a pas d’humains, il y a… on ne sait pas quoi. Mais c’est ‘achement dangereux en tout cas. En fait, les zones les plus affreuses du monde humain, qui sont celles où Toriko se rend, correspondent à ce qui se ferait de plus facile dans le monde gourmet.

Pour conclure cet article, je vais vous spoiler un chti peu le Mangasse, en vous présentant un passage dédié, pour vous donner envie de le lire. Préparez-vous, ça vaut le détour…

Toriko, à un moment de l’histoire, part en quête du… « Maïs Gourmet »?! Un ingrédient très rare et difficile à obtenir : Le Maïs Gourmet se trouve en effet au fin fond de « l’enfer des plantes », une forêt infestée d’abominables végétaux carnivores.

sfdsdsfLe géranium de Grand-Mère, après un passage au Japon…

Après quelques péripéties, Toriko atteint enfin la cime de la forêt, où se trouvent… les titanesques plants de Maïs Gourmet dont la taille équivaut… à un immeuble de 20 étages…

dsffs

Du maïs capable de résister à une roquette de char d’assaut…

dsffds

Après en avoir extrait UN grain géant, Toriko décide de fabriquer… DU POP-CORN GOURMET !!

Il se rend dans une région volcanique non loin de là, et met le pop corn à cuire sur des plaques de roches brûlantes, s’entraînant par delà-même à résister à des températures de plus en plus extrêmes, en descendant de roches en roches pour augmenter la difficulté.

dfsdfsdsf

Le pop-corn cuit pendant TROIS JOURS. TROIS – PUTAINS – DE JOURS… Et Toriko reste donc à subir la température – 1200 degrés tout de même – pendant tout ce temps… Enfin, au bout du compte, voilà le magnifique Pop-Corn Gourmet qui est prêt ! Imaginez le prix de revente de ce machin, et le goût que ça doit avoir, proportionnels bien sûr à sa difficulté d’obtention… -_-’

dfsdsd

Et ça, c’est loooooooin d’être l’aliment le plus extraordinaire qu’ils rencontrent… Toriko, culinairement, cay juste de la balle ^^

Comme le disait une de mes connaissances, Bizunours de Wazabi « Moi mon chapitre de Toriko je le lis juste avant de manger, voire même pendant, c’est encore meilleur ! »

This entry was posted in Anime, Manga. Bookmark the permalink.

4 Responses to Toriko, le shônen de la démesure culinaire

  1. FikUS says:

    Merci beaucoup ! Je cherchais une nouvelle série dans laquelle me lancer et ton article m’a convaincu ! Un monde culinaire c’est une idée très originale. En tout cas, continue ton site il est super !

  2. Torog says:

    Merci, ça fait plaisir ! :)

  3. Sangana says:

    C’est quoi cette faute énorme =O
    C’est pas Norauto mais Naruto
    J’aime bien toriko et ton résume symbolise bien le manga =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>